Ph.Hameau (dir.), 2000, Implantation, organisation et évolution d'un sanctuaire préhistorique : la haute vallée du Carami (Mazaugues et Tourves, Var), 7ème Supplément au Cahier de l'ASER, 227p. 201 fig.
Establishment, organization and evolution of a prehistoric sanctuary : the high Carami valley (Mazaugues and Tourves, Var)
Implantación, organización y evolución de un santuario prehistórico : el alto valle del Carami (Tourves y Mazaugues, Var)

avec les contributions de 'Ada Acovitsioti-Hameau, Claude Arnaud, Jacques Bérato, Robert Biancotti, Jean-Joseph Blanc, Marc Borréani, Claude Bouville, Cyrille Chopin, Nathalie Desse-Berset, Patricia Düh, Jean-Claude Echallier, Daniel Helmer, Martine Leguilloux, Michel Menu, Anne-Claude Pahin-Peytavy, Albert Painaud, Patricia Renzi, Christophe Reynaud, Roland Rouziès

Sommaire

Présentation
La région étudiée
La géomorphologie des gorges
L'occupation préhistorique
L'occupation protohistorique
L'occupation aux périodes historiques
Le sanctuaire des gorges du Carami
    Avant l'implantation du sanctuaire
    Le mobilier du Néolithique final
    Choix des abris à orner au Néolithique final
    Les peintures du Néolithique final
    Organisation du sanctuaire au Néolithique final
Evolution du sanctuaire
Bibliographie
Index des sites archéologiques
Résumé en espagnol

Vingt ans de relevés, de prospections et de fouilles dans les gorges du Carami ont considérablement modifié la vision que nous avions de la fréquentation des lieux, de la Préhistoire à nos jours, sur la fois des travaux menés par André Glory en 1948. Treize abris sont ornés de peintures schématiques, datables du IIIe millénaire av. J.C. Celles-ci représentent des personnages masculins, des quadrupèdes, des signes solaires et l'idole, cet être qui semble faire figure de déesse au Néolithique. Certaines grottes sont à la fois ornées et sépulcrales. A la Baume Saint-Michel, les artistes ont certainement bivouaqué, chassant et taillant le silex. L'étude de cet ensemble de sites archéologiques montre un choix réfléchi des abris peints parmi une multitude de lieux susceptibles d'être ornés. On distingue un groupe central de sept petits abris, complémentaires par les thèmes picturaux exprimés, et des abris plus vastes, plus décorés, aux deux extrémités des gorges. Au Moyen-Age, on christianise les lieux, édifiant une chapelle dédiée à Saint Michel et bouleversant les anciennes sépultures. A cet époque aussi, on grave et peint d'autres signes sur les parois des plus grands abris. Les gorges perdent leur statut de sanctuaire à la fin du Moyen-Age quand les Tourvains vont chercher l'eau du Carami tout au sud de leur territoire pour actionner différents moulins.